Notre histoire

Cher visiteur, soyez le bienvenu dans notre univers que l’on espère être aussi le votre! Un univers dans lequel la manière de prouver son identité est à la fois simple et sécurisée mais aussi unifiée. Terminés les mots de passe, codes PIN et cartes en tout genre, terminées les solutions biométriques irrespectueuses de la vie privée. Le temps est venu de proposer une solution unique d’authentification qui permette aussi bien de payer que d’ouvrir des portes, des sessions d’ordinateur, des boîtes mail, signer des documents en ligne, accéder à son e-banking, des sites pour adultes ou passer une frontière. Cette solution passe selon nous par la rencontre de deux mondes, celui des “wearables” et celui de la biométrie. C’est pourquoi nous avons décidé de créer BIOWETRICS SA et d’introduire la W WATCH.

Nous sommes convaincus que si l’on veut unifier nos solutions d’authentification actuelles (mots de passe, clés, cartes, codes PIN…) cela passe par la main. Il faut bien par exemple choisir la carte de crédit avec laquelle on va payer et il faut bien atteindre les lecteur de cartes déjà en place. Pour autant le “mobile” n’est pas la solution ultime car il monopolise une main entière et nécessite de systématiquement montrer patte blanche (empreinte digitale ou reconnaissance faciale entre autres) lors de son usage à des fins d’authentification. Un “wearable” au poignet semble bien plus approprié à la fois pour son côté main libre mais aussi et surtout pour sa capacité à garantir en permanence l’identité du porteur, notamment en en reconnaissant les caractéristiques biométriques de son poignet. CQFD.

Il s’agit là du chemin de pensée qu’a effectué Matthias Vanoni, inventeur de la W WATCH, lorsqu’il co-fonda BIOWATCH SA en 2015 devenu BIOWETRICS SA en 2020, société suisse basée dans le bien choisi canton de Neuchâtel, à la fois bassin de l’horlogerie et de la microélectronique.

Matthias Vanoni, CEO de BIOWETRICS, était doctorant de l’EPFL et employé de l’IDIAP à Martigny lorsque la startup Nymi lança sa campagne de pré-commandes pour le Nymi band en septembre 2013. Il s’agissait du premier produit qui alliait “wearable” et “biometrics” avec une reconnaissance du porteur effectuée par ECG. Le succès fut fulgurant avec 10’000 unités pre-vendues et une Series A de $14M à peine un an après. En août 2014 le travail de thèse de Matthias Vanoni sur la reconnaissance biométrique par les veines lui donna l’idée d’une montre biométrique qui identifie le porteur par la forme de ses veines du poignet.

2014 – BIOWATCH & ICC

“From idea to prototype in 3 weeks” était le slogan de l’International Create Challenge 2014, une compétition pour startup qui se tient chaque année en août-septembre à l’IDIAP. Matthias Vanoni y participa avec le projet BIOWATCH d’une montre biométrique et remporta le premier prix ex-aeqo.

2015 – BIOWATCH SA

Matthias Vanoni quitta son doctorat pour se concentrer sur cette aventure entrepreneuriale et créa en février 2015 la société BIOWATCH SA à Martigny avec comme co-fondateur Joe Rice, l’inventeur de la reconnaissance par veine. Plus de 50 prix et distinctions et une dizaine de brevets plus tard la société est restructurée pour laisser place en 2020 à BIOWETRICS SA.

2020 – BIOWETRICS SA & W WATCH

C’est dorénavant depuis Neuchâtel que l’aventure continue avec la fin de la phase de R&D et le lancement de la phase d’industrialisation d’un premier produit très attendu par le marché, la W WATCH.

Notre histoire s’écrit désormais avec vous car vous avez la possibilité de partager vos attentes et d’exprimer votre soutien dès aujourd’hui avec la mise en pré-vente de cette montre suisse d’un genre nouveau. Merci!